Photo of Nadine Masshardt sticky tape sticky tape sticky tape
news

Maintenant

Pfeil

Curriculum

C’est dans une petite ville qu’un syndicaliste retraité m’a convaincu : Si tu veux changer le monde, tu dois commencer au niveau local. Juste après le lycée, j’ai adhéré au PS Langenthal et j’ai rapidement été élue au Conseil de ville.

Jeunesse à Langenthal

J’ai grandi à Langenthal avec mes deux frères. C’est là que j’ai fréquenté le lycée de l’Haute-Argovie et que j’ai travaillé dix ans en tant que placeuse au théâtre municipal. Je me suis politisée définitivement au lycée. Cette période a été l’occasion de longues discussions sur des questions politiques et de société ou nous avons mené des débats avant les votations – comme sur l’adhésion à l’ONU ou l’initiative populaire « Oui à l’Europe !». Cependant, j’ai de mauvais souvenirs du 18 mai 2003 : Sept initiatives pionnières ont été soumises au vote ; mais « Sortir du nucléaire – Pour un tournant dans le domaine de l’énergie et pour la désaffectation progressive des centrales nucléaires » ainsi que l’« Initiative pour des places d’apprentissage » ont été balayées.

La politique internationale m’émeut

C’est avec l’élection de George W Bush à la présidence des Etats-Unis en 2000 que j’ai commencé à m’intéresser davantage à la politique internationale. J’ai participé avec des amies et des amis à Langenthal et à Berne à des manifestations contre la guerre en Iraq. En 2008, j’ai finalement eu l’occasion de suivre l’élection du président Barak Obama sur place dans le cadre d’un programme du Departement of State. Aujourd’hui encore, j’aime voyager, notamment en train à travers l’Europe, et j’apprécie des rencontres intéressantes. En 2003 j’ai travaillé deux mois en Espagne, l’été suivant j’ai donné des cours dans les alpes de l’Oberland bernois. Au Nouvel An 2006/07 j’ai suivi en direct l’élargissement de l’UE à l’Est en Roumanie.

Mon départ au parlement

Mon arrivée dans la politique institutionnelle a été possible grâce à un projet du Conseil Suisse des Activités de Jeunesse. Avec à l’époque la plus jeune conseillère nationale, et actuellement membre du Conseil-exécutif à Berne, Evi Allemann et moi avons passé une année en tant que tandem de mentorat durant l’année 2004. Nous nous entendions très bien et il en a résulté une collaboration durable et une vraie amitié qui dure jusqu’à aujourd’hui. Peu après, en 2006, j’ai été la plus jeune élue au Grand Conseil bernois, où je suis restée active jusqu’à mon accession au Conseil national en 2013 par le jeu de désistements. Deux situations ont été particulièrement marquantes pour moi : Dans le canton de Berne conservateur, j’étais aux commandes pour faire passer une loi sur l’énergie relativement progressiste. De plus, j’ai pu convaincre une majorité du Grand Conseil de la nécessité d’une imposition des carburants utilisés dans l’aviation.. L’initiative cantonale a échoué par la suite au niveau national. Après d’innombrables tentatives, les bernois et les bernoises ont enfin pu voter une première fois sur le droit de vote à 16 ans – même si à la fin, ils ont malheureusement dit Non.

Et aujourd’hui ?

Entretemps, j’habite avec ma famille – mes deux enfants et mon partenaire – à Berne et mes études ainsi que mes premières expériences professionnelles sont derrière moi depuis déjà un bon moment. Néanmoins, une chose est restée bien présente : Je m’engage en politique avec toujours autant d’élan. Nous allons y arriver.